Nouvelles découvertes sur le sébaste du Canada

Dans le cadre de son rôle de gestion des ressources aquatiques du pays, Pêches et Océans Canada est chargé de formuler des avis scientifiques et d'effectuer de la recherche sur plus de 650 espèces de poissons, d'invertébrés et de mammifères marins. En étudiant les profils génétiques de certaines de ces espèces, le Ministère peut mieux les différencier, comprendre les structures des populations et fournir des avis éclairés en matière de gestion durable. À l'heure actuelle, la pêche au sébaste constitue un parfait exemple de la contribution qu'apporte au Ministère la recherche en génomique, notamment dans les domaines de la gestion et de la conservation.

Un poisson complexe

Le sébaste (Sebastes sp.) est une espèce commerciale importante au Canada. Ses débarquements en 2012, d'une valeur de 27 millions de dollars, en font la quatrième pêche de fond en importance au pays. Comme l'indique son nom en anglais (redfish), on peut facilement reconnaître le sébaste par sa couleur rouge orangée. Cependant, les différentes espèces de sébaste se ressemblent beaucoup et il est difficile de les différencier à l'œil nu, ce qui pose bien des défis pour ce qui est de la conservation et de la gestion des sébastes, notamment dans l'Atlantique Nord-Ouest (partie de l'océan Atlantique entre le Canada et le Groenland). En raison de leurs similitudes, les espèces de sébastes ont été gérées comme une seule ressource; il a donc été difficile de déterminer leur aire de répartition dans les diverses zones de gestion de l'Atlantique Nord-Ouest. À des fins de conservation et de gestion des pêches, il est important pour Pêches et Océans Canada de bien connaître la biologie des différentes espèces de sébaste, leurs aires de répartition et leur organisation spatiale en populations.

Sébaste du Canada

Photo prise par Richard Larocque.

Recherche

Grâce au financement offert dans le cadre de l’Initiative de recherche et développement en génomique, les chercheurs de Pêches et Océans Canada sous la direction de Jean-Marie Sévigny (Ph. D.) travaillent en collaboration avec des chercheurs universitaires pour examiner la constitution génétique du sébaste. En examinant les fragments d'ADN connus sous le nom de microsatellites, l'analyse génétique a permis de différencier deux espèces de sébastes très similaires : le sébaste acadien (Sebastes fasciatus) et le sébaste atlantique (Sebastes mentella).

Nouvelles découvertes — Emplacement

En mettant au point un outil fiable d'identification des espèces de sébaste, le travail de recherche de nos chercheurs a permis de mieux comprendre la structure des stocks de sébaste. Par exemple, la recherche a validé l'état du stock des populations de sébaste acadiendans des eaux canadiennes où cela ne s'était jamais fait, au large des Grands Bancs de Terre-Neuve-et-Labrador.

Carte de l'océan Atlantique Nord montrant les positions et les étiquettes des échantillons utilisés pour décrire la structure des populations du sébaste.

Description : Carte de l'océan Atlantique Nord montrant les positions et les étiquettes des échantillons utilisés pour décrire la structure des populations du sébaste.

Nouvelles découvertes - Antécédents

Cette recherche a aussi permis de fournir des renseignements historiques essentiels sur l’espèce. Un seul fragment de tissu, vieux même de quelques décennies, suffit pour déterminer le génotype d'un poisson et identifier l'espèce. Sachant cela, les chercheurs ont acquis une expertise dans l'extraction d'ancien ADN à partir des otolithes archivés. L'otolithe est une structure de l'oreille interne habituellement échantillonnée afin de déterminer l'âge d'un poisson. Cette méthode permet de « remonter le temps » et d'analyser les antécédents du sébaste. Par exemple, on croyait auparavant que les populations de sébaste atlantique variaient d’une année à l’autre. Nous savons maintenant qu’elles demeurent stables au fil du temps.

Impacts sur la gestion des pêches

Les connaissances issues de la recherche en génomique ont conduit à l'élaboration de nouveaux avis scientifiques destinés aux gestionnaires des pêches. Par exemple, on recommande désormais de gérer le sébaste acadien et le sébaste atlantique en tant que ressources distinctes. La recherche en génomique joue également un rôle important dans l'évaluation de la situation du sébaste atlantique par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada. En 2010, le comité a désigné le sébaste atlantique comme étant menacé dans l'Atlantique Nord-Ouest en raison d'un recrutement et d'une abondance faibles.

La recherche a également facilité la conclusion d'un partenariat avec les pêcheurs de sébaste. Un effort de collaboration actuellement en cours vise à identifier l'espèce de sébaste prise dans le chenal Laurentien du golfe du Saint-Laurent. Cela pourrait avoir des implications importantes, car un moratoire en vigueur interdit la pêche au sébaste dans le golfe du Saint-Laurent depuis 1995.

Prochaines étapes

Des chercheurs européens disposent de nouvelles données qui semblent indiquer que les populations génétiquement distinctes de sébaste atlantique se trouvent à différentes profondeurs dans l'Atlantique Nord. Pêches et Océans Canada planifie d’examiner cette théorie dans les eaux canadiennes et au-delà.

« L'aire de répartition du sébaste atlantique est essentiellement continue dans tout l'Atlantique Nord. Afin d'assurer la gestion durable de la pêche au sébaste au Canada, il est important de bien connaître la structure des populations non seulement dans les eaux canadiennes, mais aussi dans les eaux internationales. »
— Jean-Marie Sévigny, Ph. D., chercheur, Pêches et Océans Canada

La poursuite de la recherche génétique sur le sébaste permettra d'apporter une réponse à de nombreuses questions à propos de l'espèce tout en jetant une nouvelle lumière sur la meilleure façon de gérer et de conserver cette ressource précieuse pour les générations à venir.

Date de modification :